Introduction à l'étude du droit

35 000 Ar
TTC

Cours Introduction à l'étude du droit Mention Droit Privé L1 - S1

  Livraison

partout Madagascar avec de frais supplémentaire

  Point de vente

ESUM - Lot Y 505 Bis Ambohitsaina (Près Terminus Bus 194 - Mausolée) - B.P. 8582 Antananarivo 101

  Paiement sécurisé

via la plateforme

INTRODUCTION GENERALE

Le droit ambitionne de régler les relations entre les hommes en vue d’y faire régner une certaine paix sociale. Des auteurs illustrent cette finalité sociale par l’histoire de Robinson Crusoé. Seul sur son île, ce personnage n’a pas besoin de droit, c’est sa rencontre d’avec Vendredi qui va changer la donne. En fait, le droit suppose la présence de l’autre. Le droit trouve son siège dans les rapports sociaux, ubi societas, ibi jus (là où il y a société, il y a droit).

Le droit fournit un certain nombre de règles de conduite afin de faire régner l’ordre et la Justice. A ce titre, le droit constitue un ensemble de règles qui régissent une société déterminée à une époque déterminée et assorties de sanction par l’autorité publique compétente.

Le droit s’applique à l’individu depuis sa naissance jusqu’à son décès. Il concerne tous les domaines de l’activité humaine qu’il s’agisse du milieu familial, social ou professionnel. Le droit est en principe le reflet de la société et est appelé à évoluer.

Néanmoins, le droit entretient des rapports à la fois étroits et ambigus avec les autres règles sociétales à l’instar de la règle religieuse, morale ou même avec l’équité. En effet, quoi que l’on dise, le droit ambitionne d’instaurer un certain idéal de justice.

La règle religieuse se fonde sur un rapport transcendant l’homme, elle appréhende le salut de l’être humain. Certaines règles juridiques présentent des rapports avec les commandements religieux. Par exemple les règles concernant le mariage. Dans certaines civilisations comme les pays de l’islam, l’Inde, la distinction entre droit et règles religieuses est difficile du fait de la forte imprégnation de la religion. Il a été de même en France lorsque l’Eglise avait son mot à dire dans certaines matières (en particulier en matière de droit de la famille et d’état de personnes). Cependant, des contradictions évidentes peuvent être recensées entre règle juridique et règle religieuse si l’on ne mentionne que le comportement à entrevoir lorsque l’on se trouve en état de légitime défense et celui prôné par l’Eglise qui est de tendre l’autre joue. Ou bien du cas du recours au divorce pour mettre fin au mariage. Par ailleurs, les préceptes religieux attendent une sanction d’ordre divin alors que les règles de droit entraînent une sanction du groupe social.

Pas de commentaires client pour le moment.

chat Commentaires (0)
Aucun avis n'a été publié pour le moment.
  • registre

Nouveau compte S'inscrire